Khatmandu, le retour…

Samedi 19 novembre :
Retour sur Khatmandu après quelques heures de bus. Installation à l’hôtel, repos et promenade. Journée ordinaire mais retour du soleil. Préparation d’un programme pour visiter les curiosités environnantes. Le périple n’est pas terminé, mais il reste tout de même peu de jours…

Khatmandu, le retour... PB210581-300x225                                      pa040233-300x225

 

Dimanche 20 novembre :
Sur la route vers la province du « Langtang », Kakani est un village perché à 2073m, sur une crête d’où on bénéficie d’une bonne vue sur l’Himalaya, notamment sur le massif du « Ganesh Himal ».

Au centre de ce village, le « Thai memorial Park » honore la mémoire des 113 passagers d’un avion thaïlandais qui s’est écrasé le 31 juillet 1992.
De cette crête, on domine diverses vallées notamment sur les versants Nord et Sud. Le paysage est particulièrement champêtre avec ses innombrables parcelles de terrain en terrasse. Parfois, des pans entiers de montagnes sont cultivés, dessinant de vrais damiers.
Les 24km qui sépare Khatmandu serpentent dans les massifs montagneux dans d’interminables lacets, offrant des vues époustouflantes.
Que de bonheur à déguster des « momo » et boire une tasse de thé dans une très modeste « bhojanalaya », face au décor majestueux de l’Himalaya.

imag0456-300x225                                    pb200550-300x225

 

 

Lundi 21 novembre :
Journée de repos à Khatmandu. Matinée consacrée à la mise à jour du blog et autres activités informatiques.
Au cours de ma promenade de l’après-midi, je suis tombé sur la levée de corps d’un défunt pour ses funérailles. Dans la rue, toutes les femmes de la famille du défunt assistent  à son départ, porté sur un brancard par les hommes. Le cortège est uniquement composé d’hommes. Aucune femme n’assistera à la sépulture.
Après le départ du cortège, toutes les femmes se sont lavées les yeux avec de l’eau puis ont séché leurs larmes. La cérémonie est terminée pour elles. Situation insolite pour certains passants. Ainsi est la coutume du pays.

PB210585-300x225                                                       pb210582-300x258

 

22 novembre : Journée de repos.

Photos de scènes de rues et des champs .

PB230601-150x112                PB250630-150x112                    PB250632-150x112                   PB270684-150x112

 

23 novembre :
Visite de Budhanilkantha, site hindou singularisé par une statue de 5m couchée sur un lit d’anneaux « d’Ananta », le dieu serpent à 11 têtes, qui symbolise l’éternité. Cette statue de Vishnu, sous la forme de Narayan créateur de toute vie, est allongée sur la mer cosmique,  ici au centre d’un bassin… De son nombril surgit un lotus qui donna naissance à Brahma, celui qui créa l’univers. Cette statue a été taillée dans un seul bloc de pierre noire, entre le 7ème et le 8ème siècle.
Au cours de cette visite je suis attiré par une « puja » où une famille reçoit les bénédictions  d’un prêtre hindou pour leur bébé de 2 mois. L’équivalent du baptême pour d’autres religions. Voyant que j’étais intéressé par les différentes phases de la cérémonie. les parents et le prêtre m’y ont invité. A la fin, le prêtre m’appose le « tikka » sur le front.

Qu’est ce qu’un ‘tikka » ?
C’est une marque sur le front qui symbolise la présence divine. Cette marque est composée d’une parcelle des offrandes ou »puja » qui comprend des pétales de fleurs, du riz, du rouge cumin, mélangés à de la glaise ou autre pâte adhésive pour la peau.


Qu’est-ce qu’une « puja » ?
C’est une offrande régulière aux dieux, réalisée par les hindous. Elle est à base de riz, de lait, de petites pièces de monnaie ou de pétales de fleurs, parfois des fruits et autres ingrédients culinaires. La poudre rouge est toujours présente, ainsi que la matière adhésive. Cette offrande peut se faire dans les temples ou dans la rue, sur une pierre, devant la porte  de chaque maison, mais également dans la maison, devant un temple miniature dans lequel il y a un ou plusieurs dieux, suivant la croyance.

C’est ainsi, hors des circuits touristiques, que je peux vivre en direct des situations toujours hors du commun, mais ô combien enrichissantes ! Il suffit aussi de s’asseoir à l’ombre d’un figuier de banian et d’observer. Souvent des personnes souhaitent entamer un dialogue, que je ne saurais refuser. Tout le plaisir est pour moi et pour eux aussi.

PB230616-300x225PB230605-300x225
Vishnu couché sur un lit d’anneaux « d’Ananta », le dieu serpent à 11 têtes

 

Durant ces derniers jours, depuis le jeudi 24 novembre, j’ai pu visiter de nombreux villages et sillonner la campagne. J’ai parcouru la petite vallée d’Ichangu. Les villages de Tokha et de Thankot ont retenu mon attention par la convivialité des habitants, lesquels voient très peu de touristes.
J’ai découvert un ashram perdu dans la campagne, tenu par un adepte de Sri Aurobindo. Les petites randonnées m’ont conduit au milieu de cultures vivrières en terrasses ou la moindre parcelle de terrain est entretenue avec  soin. La majorité des travaux agricoles sont effectués à la main ou avec une paire de vaches et une charrue d’un autre âge. Tous les gros travaux sont réalisés en collectivité.
Ainsi va la vie dans ce pays qui est l’un des plus pauvres de la planète

pb250631-150x112              pb250633-150x112                  pb250635-150x112                  pb250637-150x112

pb250638-112x150                           pb250640-150x112                  pb250641-150x112                   pb270683-150x112

En toute modestie,  en voyageant seul, j’ai aidé certaines personnes locales , telles que petits commerçants, restaurateurs, hôteliers, transporteurs, et d’autres anonymes, en les faisant vivre sans aucun intermédiaire.

 


Autres articles

Récit d'une volontaire au N... |
Avesnières Irlande |
zerah |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Notre coupe du Monde de Rug...
| voyage de noces de 2 ans a ...
| Les aventures de Laura en D...