Dhulikhel

Vendredi 11 novembre : J’ai quitté Bhaktapur pour Dhulikhel. C’est une authentique cité « Newar ». Compte tenu du contexte politique (fief des maoïstes), il n’y a aucun programme pour la conservation de leur patrimoine architectural. Certains bâtiments sont à l’abandon, surtout après le dernier tremblement de terre de cet été. Il a provoqué d’énormes fissures sur les demeures. C’est un secteur tranquille avec très peu de touristes, à part les randonneurs. Comme à Nagarkot, les vues sur l’Himalaya sont superbes. Le panorama s’étend du Lantgang Lirung, 7246m, au Durje Lakpa, 6966m. J’ai effectué une randonnée de quelques heures dans la cité , puis à l’extérieur de la ville. Les collines sont couvertes de terrains en terrasse, mais toutes les cultures ont été récoltées. C’est l’automne, les paysans préparent les terres pour le printemps. C’est vraiment le lieu idéal pour se reposer et méditer.

Dhulikhel PB110403-300x225

Authentique demeure « Newar »

 

pb080372

A l’horizon, la chaîne de l’Himalaya.

Samedi 12 novembre : Panauti était autrefois un centre du commerce et possédait son palais royal. Aujourd’hui, c’est une ville assoupie et on est séduit par sa tranquillité. Les anciens quartiers sont situés sur une bande de terre, formée par la rencontre de deux rivières. On y découvre quelques magnifiques demeures de l’époque « Rana », restaurées avec l’aide du gouvernement français. L’une d’entre elles a retenu mon attention par sa porte cochère richement sculptée. J’ai adressé des éloges aux propriétaires qui m’ont remercié. Pour prouver leur sincérité, ils m’ont invité à déjeuner, ce qui a permis de converser durant une heure. Ils m’ont offert un repas typiquement népalais, à base de farine de maïs, de riz, de légumes cuits, d’un peu de viande en sauce et bien sûr, pour accompagner le tout, des sauces épicées. Le repas est pris exclusivement avec les doigts de la main droite. La gauche est impure.  Après un telle convivialité, nous avons échangé nos mails.
En somme, encore une journée riche en découverte relationnelle, avec la population, et architecturale.

 

pb120419

L’annexe de la mairie restaurée

 

pb120416

Une demeure parfaitement bien restaurée

Dimanche 13 novembre : Ce matin, le temps maussade m’a chassé de Dhulikhel, 1550m, pour m’envoyer faire une petite randonnée, à environ 12km du côté de Namobouddha, 1700m. Le bus local m’a déposé à proximité, puis j’ai suivi un sentier balisé pour arriver au stupa, perché sur une colline boisée. La légende raconte que l’un des bouddhas du passé rencontra une tigresse sur le point de mourir de faim, incapable de nourrir ses petits. Pris de pitié, il s’offrit en pâture. Un acte qui lui permit d’atteindre les sphères supérieures de l’existence… C’est une légende…

Sur ce site, ma simplicité habituelle à établir des contacts m’a valu une invitation par un groupe d’étudiants à boire une tasse de thé et partager des friandises. Voici un acte réel de bonté et de gentillesse, de la part de ces jeunes gens. Là aussi, nous avons conversé quelques temps. Il a fallu se quitter pour que chacun reprenne sa route. La mienne se dirigeait vers un petit village authentique, après une marche d’une heure dans la forêt. Malheureusement, je n’ai pas dû assez prier, car la pluie est arrivée ! Une chance, dans ce village un bus d’un autre âge m’attendait… J’ai saisi l’occasion. Je me suis retrouvé à Banepa où j’ai savouré un délicieux « Dal Bath », le plat national népalais. La journée s’est terminée à mon camp de base, pour la toilette, du repos et une éventuelle connexion Internet.

 

pb130421

Le thé est toujours aussi délicieux.

 

pb130423

Un bus mais pas de route, une seule piste en terre…

 

 


Autres articles

Récit d'une volontaire au N... |
Avesnières Irlande |
zerah |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Notre coupe du Monde de Rug...
| voyage de noces de 2 ans a ...
| Les aventures de Laura en D...